Laeticia hallyday au coeur d’une nouvelle bataille juridique qu’elle n’avait pas vu venir

Annonces

Alors que le concert hommage de Laeticia Hallyday doit avoir lieu le 14 septembre, la société de divertissement revendique la propriété et les droits d’utilisation de l’hologramme de Johnny Hallyday conçu pour la tournée, apprend-on dans le journal du dimanche ce 25 juillet.

Concert en hommage à Johnny Hallyday

Annonces

Les fans du Taulier étaient certainement ravis de la nouvelle. En juin dernier, Le Parisien annonçait l’organisation d’un grand concert en hommage à Johnny Hallyday, intitulé Que je t’aime, qui aura lieu le 14 septembre à l’Accor Arena de Paris Bercy. Cette soirée, inventée par Laeticia Hallyday, la société de production des amis du chanteur Mathieu Vergne et Anne Marcassus (DMLS TV), ainsi que l’équipe de l’auditorium, réunira un grand nombre de proches de la star décédée en décembre 2017. …

Parmi les personnalités présentes , on peut compter sur Pascal Obispo, Patrick Bruel, Yodelice, Louane, Gérald de Palmas, Calogero, Gad Elmaleh, Julien Doré ou encore Slimane. Tout le monde accueillera à nouveau les plus grands tubes de Johnny Hallyday, pour le plus grand plaisir des admirateurs nostalgiques. Cependant, une ombre sur le tableau noir pourrait gâcher l’événement.

En effet, une société de spectacles basée à Reims prépare actuellement une tournée Hallyday, baptisée Gabrielle Tour, qui mettra en scène un hologramme de l’idole des jeunes sur scène. Et l’avocat d’un producteur rémois a adressé un courrier à DMLS TV pour l’informer que les droits d’hologramme de Johnny Hallyday ont été acquis, peut-on lire dans le JDD de ce dimanche 25 juillet.

droit d’auteur

Annonces

« L’hologramme est une œuvre soumise au droit de la propriété intellectuelle et au régime juridique du droit d’auteur », écrit l’avocat Emmanuel Ludot, rapporte le JDD. Bien sûr, cette nouvelle pourrait bouleverser Laeticia Hallyday et son équipe. Pour eux, il est inconcevable que l’image d’une star décédée soit ainsi « privatisée », de même qu’un étranger ne peut prétendre la posséder. Mais l’avocat de la firme de divertissement, la Backstage Management Agency, ne se dérobe pas : l’utilisation d’hologrammes similaires à ceux conçus par elle, et déposés sous copyright auprès de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), serait une «contrefaçon ».

Laeticia Hallyday n’en a donc pas terminé avec les ennuis,

Et ce n’est pas tout. L’avocat a également fait parvenir une requête au président du tribunal administratif de Paris, indiquant que les sociétés de production à l’origine de l’organisation du concert hommage à Bercy auraient « une activité non conforme aux dispositions relatives à l’exercice d’entrepreneur de spectacles vivants », retranscrit le JDD. Ce qui induirait une « rupture d’égalité » et une « concurrence déloyale » face aux sociétés pouvant présenter des licences conformes. Laeticia Hallyday n’en a donc pas terminé avec les ennuis, qui se sont accumulés depuis la mort de son époux. Rappelons-nous de la bataille judiciaire qui a secoué le clan du Taulier autour de son héritage…

rony jevemi

Média