Un prêtre a été blessé par balle à Lyon

Annonces

Un prêtre orthodoxe a été grièvement blessé par balle samedi après-midi à Lyon alors qu’il fermait son église par un homme solitaire aux motifs inconnus.

Annonces

« A ce stade, aucune hypothèse n’est écartée ou privilégiée », a déclaré le procureur de Lyon Nicolas Jacquet, alors que le pays est toujours sous le choc après l’attentat contre l’église de Nice, qui a fait trois morts.

Le suspect, « qui peut correspondre à la description donnée par les premiers témoins, a été placé en garde à vue », a précisé le juge au bout d’un moment.

L’arme utilisée, un fusil de chasse paré, n’a probablement pas été retrouvée avec lui. « Les vérifications se poursuivent pour des implications possibles. »

Annonces

Les habitants voisins de l’église et la patrouille de la garde de la ville ont été alertés vers 16 heures par deux détonations près d’une église grecque dans le 7e arrondissement de Lyon.

Là, « ils ont vu un homme s’enfuir et ont découvert un homme blessé par balle à la porte arrière de l’église qui s’est avéré être le grand prêtre du lieu de culte », a poursuivi l’accusation.

Face à l’imminence d’un attentat à Nice,

au cours duquel trois personnes ont été tuées à coups de couteau dans une basilique par un jeune islamiste tunisien jeudi, le parquet a déclaré qu’une enquête sur le « meurtre » était ouverte.

Annonces

A ce stade, « aucune hypothèse n’est exclue ou privilégiée », a-t-il ajouté. Le parquet de Lyon « est en contact étroit avec le parquet national antiterroriste » qui n’est pas encore occupé.

Certaines sources policières invitaient d’ailleurs à la « prudence sur le motif de l’agression« .

Deux coups de feu, le prêtre n’était pas en tenue

Le prêtre « était en train de fermer son église » lors des événements qui se sont déroulés dans le lieu de culte.

Annonces

Il n’y a pas eu de cérémonie et «le prêtre n’était pas en uniforme» – nous l’avons appris de sources proches de l’enquête.

Nikolaos Kakavelakis, 52 ans, visé de deux coups, a été touché « au foie et touchant la pointe ».

Il est dans un état grave et a été hospitalisé. Aucune arme trouvée, aucun fusil de chasse scié trouvé.

Annonces

L’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF) ne peut que «condamner les actes de violence qui mettent

la vie en danger et répandent un climat général d’incertitude» et «attendre les résultats» de l’enquête confiée à la police judiciaire.

Selon un journaliste de l’AFP sur place, la petite église de style art déco, ornée d’une mosaïque de l’Annonciation,

Annonces

est installée dans un quartier résidentiel, avec très peu de gens dans les rues en ce premier week-end de reconfinement.

Un camion de pompiers servant de poste de commandement était visible à l’arrière du lieu de culte peu après l’attaque,

et les soldats de l’opération Sentinel ont assuré la protection.

Le maire de Lyon, Grégory Doucet
Annonces

(EELV), s’est félicité de la rapidité d’intervention de la police municipale pour s’occuper de la victime et de la bonne coordination avec les autres forces de l’ordre.

Ce nouvel événement touchant un lieu de culte en France a été condamné comme

un « acte abominable » par le président du Conseil européen,

Charles Michel, pour qui « la liberté de conscience en Europe est garantie pour tous et doit être respectée ».

Alors que les motivations de l’agresseur sont encore inconnues, le président du Parlement européen,

David Sassoli, a évoqué une « nouvelle attaque », ajoutant que « l’Europe ne cèdera jamais à la violence et au terrorisme ».

Le gouvernement a laissé la dérogation

jusqu’à lundi, y compris les lieux de culte de la Toussaint,

malgré la refermeture imposée pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Suite à l’attaque de Nice, Emmanuel Macron a annoncé le déplacement de 3.000 à 7.000 soldats

vers l’opération Sentinelle pour protéger les lieux de culte et les écoles.

En outre, il y a environ 7 000 policiers, dont la moitié sont des gendarmes réservistes

qui seront à la disposition des préfets à partir de lundi pour assurer la sécurité.

Source/ RTL info

rony jevemi

Média