Ce mardi, le personnel soignant manifestait à Paris pour réclamer une revalorisation de son statut.

Annonces

Mais en fin de manifestation, des échauffourées ont éclaté et la police a violemment répliqué. Une infirmière a été arrêtée après que des policiers l’ont plaquée au sol.

Annonces

La vidéo de cette arrestation fait scandale alors que l’épidémie du coronavirus a mis en avant le travail du personnel soignant.

Sur les images filmées par Rémy Busine pour Brut, on peut voir plusieurs policiers mettre une femme en blouse blanche au sol et la menotter avant d’être emmenée. 

On l’entend aussi dire : « Je fais de l’asthme. Je veux ma ventoline s’il vous plaît ». Elle répète plusieurs fois ces deux phrases avant d’être emmenée.

Annonces

Une femme qui se présente sur Twitter comme la fille de cette personne arrêtée commente : « Cette femme, c’est ma mère.

50 ans, infirmière, elle a bossé pendant 3 mois entre 12 et 14 heures par jour. Elle a eu le Covid. Aujourd’hui, elle manifestait pour qu’on revalorise son salaire, qu’on reconnaisse son travail. Elle est asthmatique.

Elle avait sa blouse. Elle fait 1m55 ». Dans un autre tweet, elle écrit encore : « Toutes ces vidéos sont scandaleuses. Besoin d’autant de violence? On la voit avec quatre gros bonhommes sur elle. J’ai la gerbe. Rien ne justifie une telle interpellation ».

Annonces

Quelque18.000 personnes selon la police, ont manifesté à Paris mais des échauffourées ont éclaté en fin de parcours.

Les forces de l’ordre ont répliqué à des jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymo contre des manifestants violents, parmi lesquels des «antifas» et des blackblocs, selon un journaliste de l’AFP. Des véhicules ont été renversés.

De source policière, 250 à 300 casseurs, parmi lesquels des «ultra jaunes», en pré-cortège, se sont mis en action dès l’arrivée aux Invalides.

« Totalement écoeuré »

Annonces

Une infirmière, soutenue par des collègues, s’en est prise, en larmes, à ces manifestants: «Vous avez mis notre manif en l’air, vous êtes des cons!». «On nous a volé cette manifestation par la force», a déploré sur BFM TV Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), se disant «totalement écoeuré». D’autres soignants ont critiqué la police, accusée d’avoir fait un usage disproportionné de la force.

La préfecture de police a fait état à 18H30 de 32 interpellations. Des affrontements entre casseurs et policiers ont également eu lieu à Lille, en marge du cortège auquel participait la maire sortante Martine Aubry (PS), mais aussi à Toulouse et à Nantes.

Annonces

Loading…
Annonces

Source/ Sud info

rony jevemi

Média