France : Samedi après-midi, des dizaines de Parisiens ont dansé dans la rue au rythme de Dalida. La scène filmée a provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux.

Annonces

Un peu plus de deux semaines après le début de la déconfinement annoncée par le gouvernement, les habitants du 18e arrondissement de la capitale en France ont décidé de se laisser aller un après-midi. Le samedi 25 avril, une vidéo montrant des dizaines de Parisiens dansant sur Dalida a été publiée sur Twitter. On voit des gens de tous âges s’agiter sans respecter les consignes de distanciation sociale au pied d’un immeuble.

Annonces

Un extrait qui a fait bondir de nombreux internautes. Ce dernier a dénoncé l’égoïsme et l’irresponsabilité des spectateurs. Selon l’auteur de la vidéo, il y avait entre 20 et 30 personnes, auxquelles s’ajoutent les passants “émerveillés” par la scène dont ils ont été témoins.

CAPTURE D’ÉCRAN @COCOCHRIST / TWITTER

Cette rencontre spontanée n’a pas duré longtemps. Dans un deuxième extrait, on voit plusieurs voitures de police, des gyrophares clignotants, venir clore l’événement et disperser les participants.

« Le but n’est pas de créer un rassemblement »

La musique provenait en fait d’un appartement avec balcon situé à quelques étages plus haut. Son propriétaire possède même un compte Instagram sur lequel il réalise régulièrement des vidéos en direct.

Annonces

Il filme des passants interpellés par sa musique et ses voisins. Dans l’un de ses premiers postes, il explique qu’il a tout l’équipement pour “mettre l’ambiance sur les balcons”. Son compte s’appelle également “discobalcons”. Deux haut-parleurs sont placés de chaque côté de son boîtier, tous accompagnés de lumière et de stroboscopes.

Après l’ampleur de l’événement samedi, l’organisateur a voulu s’expliquer, toujours sur Instagram. Selon lui, “le but n’est pas de créer un rassemblement. C’est la première fois qu’il y a autant de monde sur les balcons”. Il explique ensuite qu’il est “dépassé” et qu’il ne “demandera pas à la police de venir”. chaque semaine pour se disperser “.

La rencontre musicale, qui était généralement fixée au samedi, n’aura plus lieu. L’organisateur s’assure qu’il ne diffusera qu’une chanson à 20h en semaine. Et si une foule se forme, elle s’arrêtera Enfin, il a dit qu’il n’avait jusqu’à présent reçu qu’un avertissement de la police.

Annonces

Annonces

Loading…

Source/ Inside mag

rony jevemi

Média