Quantcast

César Ours a passé une grande partie de sa vie dans un enfer sur terre. Elle vivait dans une ferme en Chine qui collectait des ingrédients pour la médecine traditionnelle chinoise.

Annonces

Elle a été cruellement contrainte d’approvisionner la ferme en bile de sa vésicule biliaire. Ses ravisseurs ont retiré le fluide 24 heures sur 24 et l’ont mis dans un gilet métallique restrictif. Elle était confinée dans une petite pièce où elle pouvait à peine bouger.

Annonces

Mais juste au moment où il semblait que sa vie ne s’améliorerait jamais, des défenseurs des animaux au grand coeur sont venus à la défense de César… et ont tout changé.

Comme des milliers d’ours en Chine, César a grandi dans ce qu’on pourrait appeler l’enfer sur terre. Elle a été forcée de vivre dans une petite pièce et avait ce qui ne peut être décrit que comme un gilet de torture enroulé autour d’elle. Pire encore, César avait une blessure ouverte sur un côté. Elle a été forcée de fournir la bile de sa vésicule biliaire, qu’ils ont utilisée pour préparer des formules pour la médecine traditionnelle chinoise.

“Cette ferme de bile est l’une des pires tortures imaginables”, explique Animal Asia, l’organisation qui a sauvé César.

Annonces

César a énormément souffert dans ces conditions de vie, et il est incroyable qu’il ait pu survivre. Mais au milieu de l’obscurité, sans espoir de mettre fin à sa torture, tout a changé pour elle en 2004, lorsqu’il a été l’un des ours chanceux sauvés par Animals Asia.

À cette époque, elle était frustrée, triste et gravement blessée. Mais grâce à Animals Asia, elle a pu se libérer de l’horrible gilet et recevoir l’amour et les soins dont elle avait besoin et qu’elle méritait.

Aujourd’hui, elle s’est transformée en un ours fort, majestueux et beau avec un merveilleux pelage.

Annonces

“Les cicatrices de César n’ont pas disparu et maintenant c’est un ours incroyablement beau. Avec un poids géant de 271 km, César est tout en muscles !

Leurs activités préférées sont la natation et les bains de soleil, ainsi que le creusage, surtout quand il fait beau et frais en automne.

Bien que l’histoire de César ait une fin heureuse, il est important de se rappeler qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour empêcher la torture des animaux. En Chine, on estime à 10 000 le nombre d’ours en captivité. Espérons que l’histoire de César servira de réveil aux amoureux des animaux du monde entier pour qu’ils se rassemblent afin d’aider à mettre fin à cette situation.

Annonces

Annonces

Loading…

source : en..newsner.com

rony jevemi

Média