Dix-huit plus tard, le chanteur fait des déclarations fracassantes sur les coulisses de l’émission et assure que tout était écrit d’avance

Annonces

Annonce

Annonces

Aujourd’hui commentateur sportif, Georges-Alain Jones reste pour la plupart des téléspectateurs le candidat un brin bad boy de la deuxième saison de Star Academy. « C’est une étiquette de sale mec qui m’a longtemps collé à la peau », confie-t-il ce mardi 18 février dans Le Parisien. A 44 ans, l’homme a eu le temps de prendre du recul sur cette période de sa vie.

Annonce

Ce ne sont pas ses prestations parfois hasardeuses (les internautes ont récemment déterré son hilarante performance sur Asereje des Las Ketchup) qui ont le plus marqué, mais bien sa personnalité.

Annonces

Son étonnante complicité avec Mariah Carey, ses coups de colère pendant les répétitions, sa nonchalance, sa silhouette si particulière : c’est avant tout un personnage de télévision que l’on retient. Consciente d’avoir un candidat parfait pour l’émission, la production aurait prévu – à en croire Georges-Alain – de le garder à l’écran le plus longtemps possible.
La saison 2 de Star Academy était-elle scriptée ?

Annonce


Dix-huit ans après sa participation à la saison 2 de Star Academy, le quadragénaire balance sur l’envers du décor. « Maintenant, je peux l’avouer, tout était truqué ! », affirme-t-il dans Le Parisien. Selon lui, toute la trame de l’émission était programmée : « J’avais découvert que c’est moi et Emma Daumas qui devions aller en finale. C’était décidé avant même l’émission ! J’ai pété les plombs et les producteurs ont organisé mon élimination en demi-finale car je les menaçais de tout balancer, raconte-t-il. Mon problème, c’est que j’étais plus vieux que les autres candidats et que j’avais compris les rouages. » A 27 ans, George-Alain avait vu clair dans le jeu des producteurs. Si cette désillusion aurait pu le dégouter de l’industrie musicale, le chanteur a pourtant sorti un album en 2005, New Jersey. Et comme il le confie au Parisien, un deuxième est en cours de préparation : « Un mélange de jazz, blues et groove, détaille-t-il. Mais je ne commercialiserai pas l’album. Il sera disponible gratuitement. Je n’aime pas le côté business de la musique. » Ni son storytelling…

Annonces

Annonce

Loading…

rony jevemi

Média