Annonces

Le dénouement de l’enlèvement de la petite Vanille aura donc été terrible ce dimanche en France

Ce qu’il s’est passé vendredi
Comme le rapporte La Voix du Nord, Nathalie Stephan, 39 ans, était hébergée depuis un an dans le centre maternel d’Angers, un foyer pour femmes enceintes et mères isolées. Sa fille Vanille avait été confiée à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et placée dans une famille d’accueil par le juge des enfants, mais elle pouvait continuer à voir sa mère régulièrement pendant un temps donné durant la semaine. Avant la disparition de la fillette, elle avait eu le droit de passer 48 heures avec elle, hors de toute structure.
Vendredi, Mme Stephan avait quitté le foyer à 11 h. Elle devait ramener sa fille à 17 h 30 à sa référente de l’ASE. Elle avait déjà par le passé ramené un autre enfant hors des délais impartis, a rappelé le procureur de la République d’Angers Eric Bouillard. D’après ses aveux, c’est dès le début d’après-midi que la mère aurait donné la mort à sa petite fille. Les faits se sont vraisemblablement produits « entre 13 h et 15 h ».

Annonces

La mère, une femme « en grande difficulté »
Le procureur a décrit Mme Stéphan comme une femme « en grande difficulté, sans réseau amical ». Elle présenterait des troubles psychiatriques et avait par ailleurs connu un épisode suicidaire il y a plusieurs mois. Mais « à aucun moment la mère n’avait par le passé mis en danger l’un ou l’autre de ses enfants », a souligné le procureur dimanche soir.
Si elle a avoué avoir tué sa fille, « elle a fourni très peu d’explications » aux enquêteurs sur les raisons de son geste ou sur la façon dont cela s’est passé. Ses aveux ont d’ailleurs été confus et contradictoires.

L’alerte enlèvement
À propos du déclenchement du dispositif « alerte enlèvement », M. Bouillard a reconnu que l’issue fatale était « forcément un échec » mais qu’il avait tout de même permis de « très vite retrouver la maman et le corps de l’enfant ». Concernant le délai de 24 heures écoulé entre la non remise de l’enfant et le déclenchement de l’alerte, la substitut du procureur général de la République d’Angers Catherine Vandier avait expliqué dans la matinée que « la maman ne présentait a priori pas de danger », ayant l’enfant « de manière tout à fait légale ».
Le dénouement
Nathalie Stephan a été retrouvée seule dimanche matin dans un hôtel de Nantes, ce qui a suscité l’inquiétude des enquêteurs. « La maman nous a confirmé avoir donné la mort à son enfant vendredi », a déclaré dimanche soir le procureur. C’est elle qui a indiqué aux enquêteurs où se trouvait le corps de son enfant qui a été retrouvé dans une benne à vêtements sur un parking à Angers.

La fillette serait morte par étouffement ou strangulation, ce que devra confirmer l’autopsie.
La garde à vue de Mme Stéphan se poursuit pour « meurtre sur mineur par ascendant » jusqu’au plus tard mardi matin, a-t-il ajouté. À l’issue de cette garde à vue, elle pourrait être hospitalisée ou placée en détention.

Loading…
Annonces

Source/Sud Info