Une Axonaise a répondu à l’annonce d’un coiffeur de Saint-Quentin pour une coupe et une teinture gratuite. Problème, le rendez-vous a tourné au « massacre » pour sa chevelure. Une plainte a été déposée.

Annonces

Les faits ont eu lieu le vendredi 18 octobre. Solène Bricout répond à une publication sur les réseaux sociaux. Un coiffeur de Saint-Quentin cherche un modèle pour réaliser une teinture blonde sur une brune. Pour elle, c’est gratuit. Pour le salon, l’idée est de tester la nouvelle coiffeuse arrivée trois semaines plus tôt. Le rendez-vous, pris à 9 h, ne va se terminer qu’à 16 h 30.

« J’ai été victime d’un massacre »

Annonces

«  J’ai été victime d’un massacre. Je devais faire un balayage blond polaire et je me suis retrouvée avec deux décolorations et deux shampooings américains. C’est-à-dire un mélange d’eau oxygénée, de peinture et de shampooing  », détaille la victime auprès l’Aisne Nouvelle qui révèle l’affaire. Côté salon, on reconnaît les faits mais aucune solution amiable n’a pu être trouvée par le biais des assurances. «  On reconnaît que la cliente a été loupée. C’est la première fois que ça arrive. La première décoloration n’a pas fonctionné correctement. Ça arrive souvent sur un cheveu foncé. La coiffeuse a dû refaire une seconde coloration. La cliente était d’accord mais le résultat n’était toujours pas là. Je ne voulais pas laisser sortir la cliente mécontente  », explique la mère du gérant, Yannick Charmette, qui s’exprime au nom de son fils. Les heures passent et la coiffeuse repose, pour la 3e fois, une base pour tenter de rattraper la couleur d’origine.

« J’ai perdu plusieurs mèches de cheveux »

À 16 h 30, Solène Bricout s’extirpe du salon avant de chercher sa fille à l’école… en prenant soin d’attacher ses cheveux. «  Je suis restée sans manger et sans boire toute la journée. On a refusé de me laisser partir et je me suis senti coincée  », détaille cette dernière, enceinte de 8 mois. Une fois chez elle, elle s’aperçoit que les cheveux n’ont pas été suffisamment rincés ce qui occasionne des démangeaisons. «  J’ai perdu plusieurs mèches de cheveux  », déclare la cliente.

Pour la mère du gérant : «  On a cru à son histoire le lendemain, mais la cliente voulait être dédommagée en espèces. Nous, on a fait le nécessaire auprès de notre assureur. Je pense qu’elle a dû aller acheter un produit en grande surface et qu’elle a dû retenter quelque chose elle-même . »

Une plainte a été déposée

Annonces

Au final, une plainte a été déposée mardi 22 octobre avec certificat médical à l’appui. «  Ce que je veux c’est que les personnes qui ne sont pas qualifiées ne touchent plus à mes cheveux  », explique Solène Bricout. Elle s’est rendue chez un autre coiffeur pour tenter de réparer la coloration. Elle devra de nouveau y retourner le mois prochain avec une nouvelle facture. On est bien loin de la prestation gratuite de départ.

Loading…

Source/ La voix du nord

rony jevemi

Média

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.