Quantcast

De 1.500 (préfecture)à 3.000 manifestants (organisateurs) se sont rassemblés samedi dans le centre de Montpellier après un appel «national» des «gilets jaunes» et des incidents ont vite éclaté avec les forces de l’ordre, a constaté une journaliste de l’AFP.

Annonces
AFP

Des heurts se sont produits face à la gare, avec des jets de projectiles de la part des manifestants, dont certains étaient casqués et cagoulés, habillés de noir, et des tirs de gaz lacrymogènes de la part des forces de l’ordre déployés devant l’édifice pour en interdire l’accès.

Annonces

La préfecture a fait état de deux interpellations pour «jets de projectiles, engins incendiaires et possession de couteaux».

«C’est la rentrée des gilets jaunes !», s’enthousiasmait Odile, aide-soignante, vers 14H00 alors que plusieurs centaines de gilets jaunes entonnaient en choeur sur les marches de l’Opéra Comédie: «On est là, même si Macron ne veut pas» ou scandaient «Révolution !».

Pour ce samedi de rentrée, les «gilets jaunes» répondaient à un appel «national» à manifester à Montpellier, une ville dans laquelle la mobilisation est forte depuis le début du mouvement.

Annonces

«On est toujours mobilisés, l’injustice sociale n’a pas baissé et Macron ne veut rien entendre, on ne va pas lâcher la rue», estime Odile, 34 ans, des fleurs artificielles jaunes dans les cheveux.

«On n’a pas arrêté les actions pendant l’été et là c’est notre rentrée officielle», souligne Gilles, ambulancier de 27 ans qui explique qu’il participe au mouvement «pour l’avenir de mes enfants».

«Macron démisson !», «on a toujours la rage», «RIC» ou «Acte 43, restent 139 samedis avant mai 2022» peut on lire sur des pancartes.

Annonces

Les statues de la fontaine des trois Grâces, emblématiques de la place de la Comédie, ont été recouvertes d’un gilet jaune et d’une banderole «ADP-FDJ, La France n’est plus à vendre».

Dans le centre-ville, plusieurs commerces sont fermés et des devantures ont été protégées par des panneaux de bois.

Vers 15H00, des cafés sur la place de la Comédie ont dû replier leurs terrasses dans l’urgence après des jets de projectiles, alors que le cortège remontait vers la préfecture, traditionnel lieu d’affrontement depuis le début du mouvement.

Annonces

Des forces de l’ordre, en civil et en tenue, sont déployées en nombre autour du cortège et notamment des CRS sur l’Esplanade Charles-de-Gaulle, proche de la Comédie, a constaté l’AFP.

Loading…

Source/Sudinfo avec AFP

Loading...

rony jevemi

Média

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.