Quantcast

Curieux de voir à quoi vous pourriez ressembler dans 50 ans? Quitte à renoncer à la propriété de vos photos?

Annonces

Si vous avez envie de découvrir votre tête à 80 ans, deux options s’offrent à vous : la première, attendre d’avoir atteint cet âge avant de regarder votre reflet dans le miroir. La deuxième, beaucoup plus rapide, est d’utiliser le filtre « vieux » de l’application FaceApp. #AgeChallenge est le dernier trending topic sur Twitter. Ce qui explique pourquoi la majorité de vos amis ont pris un sacré coup de vieux dans votre timeline ces derniers jours. Des milliers de célébrités et d’anonymes se sont prêtés au jeu. Mais est-ce qu’une photo de vous avec la peau flétrie et des poches sous les yeux mérite vraiment de renoncer à la propriété de vos photos ? La question mérite d’être posée.

Annonces

a page de la politique de confidentialité de FaceApp indique qu’ils «peuvent partager le contenu de l’utilisateur et vos informations avec des entreprises faisant légalement partie du même groupe de sociétés que FaceApp ». Le hic, c’est que FaceApp appartient à une société russe appelée Wireless Lab. Ces photos peuvent également être réutilisées pour tout type d’usage et ce, sans votre accord ou quelque forme de rémunération que ce soit.

David Vaile, expert en protection de la vie privée, a évoqué le problème à la Australian Broadcasting Corporation . « Ils demandent plus de droits que nécessaire pour vous offrir le service de retouche d’images. Ils peuvent supprimer les données de tout régime de protection juridique efficace, les partager avec presque tout le monde et les conserver indéfiniment. » Alors il peut sembler tentant de se faire vieillir juste par curiosité, mais le temps d’installer l’application et l’entreprise aura accès à toutes les photos qui se trouvent sur votre smartphone.

Après avoir téléchargé l’application, le développeur Joshua Nozzi a également rapidement voulu alerter sa communauté. « SOYEZ PRUDENT AVEC FACEAPP – l’application pour le vieillissement du visage. Elle télécharge immédiatement vos photos sans demander, que vous en choisissiez une ou non. Dès que j’ai autorisé l’accès à mes photos, elle a commencé à les stocker une à une, presque comme si mon réseau buguait. J’ai rapidement mis le mode Avion et il les a instantanément listés, refusant de me laisser en sélectionner parce que j’étais hors ligne. » Dans un monde post-Cambridge Analytica, dans lequel des milliers de personnes ont vu leurs données personnelles récupérées à cause d’un quiz de personnalité qui paraissait inoffensif au premier abord, il semble légitime de se méfier face aux différentes manières dont certains développeurs mal intentionnés pourraient accéder à nos données ou à les exposer.

Annonces

En partenariat avec le-lorrain.fr

Loading…

Source/Moustique

rony jevemi

Média

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.